Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue et porte-parole en industrie et en entrepreneuriat du Bloc Québécois, est très fier du rapport «Positionner le Canada comme chef de file dans l’approvisionnement et le traitement des minéraux critiques et stratégiques» du Comité permanent de l’industrie et de la technologie déposé à la Chambre des communes le 16 juin.

Consultez le rapport

«Comme député provenant d’une région minière, ce rapport était crucial pour le développement de notre territoire. Les minéraux critiques et stratégiques habitent le sous-sol témiscabitibien. Les différentes recommandations adoptées par le Comité permanent de l’industrie et de la technologie vont permettre d’assurer un développement plus reconnaissant des régions ressources comme l’Abitibi-Témiscamingue et d’en faire le cœur de la stratégie sur les minéraux critiques et stratégiques pour être un maillon phare de la transition verte et répondre aux défis d’approvisionnement de la chaîne de développement des véhicules électriques», a souligné le député.

Un centre d’excellence

Une recommandation importante demande au gouvernement de finalement mettre en œuvre la création d’un Centre d’excellence sur les minéraux de batteries critiques qui a déjà été annoncé dans le budget 2021. Le rapport recommande que ce centre s’établisse à proximité des collectivités qui se consacrent au développement minier et qui regroupent les expertises de niveau collégial et universitaire dans ce domaine ainsi que de petites et moyennes entreprises se consacrant à l’innovation minière. De plus, le dernier paragraphe de la page 29 spécifie que l’Abitibi-Témiscamingue serait être l’endroit idéal pour l’accueillir.

«Je salue la recommandation de créer ce centre d’excellence et je presse le gouvernement d’agir rapidement en faisant de l’Abitibi-Témiscamingue sa région d’accueil. Avec le projet de zone d’innovation minière déposé au gouvernement du Québec et la présence d’un écosystème de recherche et d’innovation présent en région, ce nouveau centre d’excellence s’inscrirait parfaitement dans ce développement», a-t-il indiqué.

De nombreuses demandes

Plusieurs recommandations mettent de l’avant le développement de l’industrie minière, notamment en soutenant les activités d’exploration de minéraux critiques, en augmentant la capacité des travaux géoscientifiques particulièrement dans les régions rurales, éloignées et nordiques en partenariat avec les territoires et les provinces et de mettre en place les infrastructures nécessaires à l’extraction minière et la transformation dans ses régions clés en accordant une attention particulière au déficit d’infrastructures de longue date.

«Les minéraux critiques et stratégiques comme le cuivre, les terres rares, le lithium, le cobalt, le nickel ou le zinc sont des éléments importants pour la transition énergétique, mais aussi pour la conception de batteries, de panneaux solaires, d’éoliennes, de produits électroniques. Il faut s’assurer de sécuriser les chaînes d’approvisionnement et éviter de reposer sur la dominance d’un seul pays. Le sous-sol de l’Abitibi-Témiscamingue regorge de ces minéraux et a le potentiel de devenir le cœur de cette révolution verte», a signalé Sébastien Lemire.

Le député a aussi travaillé à ce que le rapport recommande que la mise en place de mesures incitatives permettant à ce que le secteur de la transformation intermédiaire s’établisse à proximité de la ressource. «Il est important d’habiter le territoire et que les ressources exploitées soient transformés à proximité. Cela permet de créer une panoplie de services importants et de créer une économie durable. Les ressources d’ici doivent être exploités ici», a fait valoir le député Lemire.

Une réglementation plus adaptée demandée

Le comité recommande aussi qu’un comité interministériel développe une réglementation plus souple et efficace pour réduire la bureaucratie tout en arrimant les exigences environnementales. «J’aurais aimé qu’on recommande d’éviter des dédoublement des évaluations environnementales du Canada avec celles du Québec. Le gouvernement provincial a déjà des études poussées qui peuvent amplement faire ce travail et qui répondent au besoin de l’industrie», a signalé Sébastien Lemire.

Le député d’Abitibi-Témiscamingue a aussi travaillé à ce qu’un Processus d’évaluation d’impact soit mis sur pied afin d’éviter que le Canada soit perçue comme une destination imprévisible et lente pour l’exploitation minière. «Il faut travailler à faire en sorte de respecter l’acceptabilité sociale de nos communautés, mais aussi de mettre en place une réglementation qui permettra de soutenir le développement de cette industrie dans le respect de l’environnement. Il est aussi important de soutenir l’exploration minière pour permettre de découvrir de nouvelles ressources, ici ou dans le Nord du Québec», a-t-il expliqué.

— 30 —

Source et information:

Jean-François Vachon
Adjoint aux communications
Bureau de Sébastien Lemire
819-279-1060
Jean-Francois.Vachon.302@parl.gc.ca

Log in with your credentials

Forgot your details?